commande

librairies

liens

 


contact


Agenda


Vient de paraître

« Poèmes 1945-1955 » de Ayukawa Nobuo.

« Le Grand cercle » de Conrad Aiken.


À paraître

« Comment va ta montagne ? » de Olivier Gallon.

« Les Commencements » de Giuseppe Bonaviri.

« Amulette » de Carl Rakosi.

Ainsi que le 1er numéro de La Barque dans l'arbre, nouvelle revue.


Ayukawa Nobuo Poèmes 1945-1955

Ayukawa Nobuo Poèmes 1945-1955 ISBN :
978-2-917504-25-3
176 pages
Format : 16 x 22,5 cm
Prix : 24 euros


 

Akuyama Nobuo

Poèmes 1945-1955

traduit du japonais par Karine Marcelle Arneodo (édition bilingue)

* * *

postface de Karine Marcelle Arneodo & Olivier Gallon

* * *

Poèmes 1945-1955 est le premier livre traduit en français d'Ayukawa Nobuo (1920-1986), figure emblématique de la poésie contemporaine japonaise. Ce livre constitue sans conteste l'un des sommets de la poésie de l'après-guerre et rassemble des poèmes écrits entre 1945 et 1955, moment où la société japonaise retrouvait alors une forme d'équilibre, cependant non ressenti comme tel par Ayukawa Nobuo. Traducteur (de l'anglais), critique littéraire et essayiste, il fut l'un des fondateurs du groupe Arechi (traduction japonaise de « La Terre vaine », titre éponyme d'un texte majeur de T. S. Eliot), école poétique issue de la lignée moderniste qui donna naissance à la poésie dite « de l'après-guerre ».

Les poèmes qui composent ce livre sont organisés en cinq chapitres selon un ordre qui ne respecte pas nécessairement la chronologie mais plutôt un souci thématique. Selon Kitamura Tarô (autre membre d'Arechi), il est possible d'attribuer aux différents chapitres de ce recueil des thèmes tels ceux de la « mort » pour le premier chapitre, de « l'amour » pour le second, du « chant du soldat » pour le troisième, d'un « paysage intellectuel » pour le quatrième et de « l'homme de la ville » pour le cinquième. Née de l'épreuve de la Seconde Guerre mondiale, la poésie d'Ayukawa Nobuo entretient des liens étroits avec l'expérience de la guerre. Elle se situe dans un ancrage social qui fait du poète un témoin ou passeur de mémoire de l'expérience de la mort. Au fil de la lecture se dessine la manière avec laquelle la poésie d'Ayukawa Nobuo se lie à la question de l'indicible.